26 octubre 2018

L´avortement en Argentine

Victoria Soria Morales

Les mobilisations pour la dépénalisation de l´avortement en Argentine ont augmenté en 2018, quand a été voté le projet de Loi sur l´Interruption Volontaire de Grossesse (IVG). À partir de ce moment-là, les personnes pour ou contre la dépénalisation de l´avortement ont commencé à se mobiliser dans le pays et après, cela s’est étendu dans différents pays d’Amérique Latine.

Après un fort débat qui a duré près de 170 jours, le Sénat argentin a voté contre le projet de loi. Dans ce résultat, on peut voir la conviction religieuse qui a influencé le Senat et la société argentine, spécialement sur les mobilisations qui s´appellent «Ola Celeste ». Ces mobilisations ont acquis beaucoup de force le dernier mois avant le débat final du Senat, en particulier sur les réseaux sociaux. Des mouvements de mobilisation ont été dispersés au Chili et en Uruguay en particulier.

Bien que la dépénalisation de l´avortement n´a pas été acceptée, les groupes féministes ou ceux qui voulaient un changement en Argentine, ont atteint un grand progrès dans le pays, parce que la victoire a été très proche. Cela veut peut-être dire qu’en Argentine et dans certains pays d’Amérique Latine, il y a eu un grand changement idéologique parce qu´ils ont réussi à placer la question de la dépénalisation de l´avortement dans la sphère politique et publique. Peut-être que l’année prochaine cette loi gagnera le débat.

 
Follow by Email
Facebook
Google+
http://www.agenciainformativaudem.com/lavortement-en-argentine">
Twitter

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

OPINIONES

1 noviembre 2019

Por: Daniela Cavada

7 octubre 2019

Por: Daphne Rodríguez

24 septiembre 2019

Por: Luis Fernando Rodríguez Rodríguez

23 abril 2019

Por: Mariana Peña

12 marzo 2019

Por: Miguel Yarte Carranza

18 febrero 2019

Por: María Montserrat Clark Garza

13 noviembre 2018

Por: Victoria Soria Morales

13 noviembre 2018

Por: Vanessa Ramos González

13 noviembre 2018

Por: Ulises Rangel